• Loreleï ...

    J'avais une idée précise en commençant à écrire ce texte, il y a quelques années, mais au fil des mots, l'idée elle-même s'est perdue, et je n'ai encore jamais réussi à en faire quelque chose.
    J'y pense souvent, peut-être un jour l'étincelle reviendra - t'elle pour qu'ensemble nous en fassions une histoire!


    Loreleï



    Des images me reviennent de nulle part, d'un passé qui n'est plus qu'un ailleurs effacé de l'univers...

    Une terre ensevelie au plus profond de ma mémoire, qui n'existe sans doute plus que pour moi, depuis bien des années...

    Les ronces auront tenté, tant bien que mal, la recouvrir, la dévorer pour ne plus rien en laisser, mais la voilà encore, subsistante, plus forte que toutes les réalités...

    Par le rêve, elle se fraie un chemin pour exister de nouveau... mais le rêve est lui-même une terre ensevelie, une terre qui ne peut déborder jusqu'au réel...

    ***

    Un soir d'été... Au cœur du songe.

    La nuit n'est pas encore tombée, mais le clair de lune transperce déjà les cieux comme voulant éclipser plus vite le soleil couchant, comme à dire "Il est l'heure, c'est mon temps!"...

    Là haut, les nuances se succèdent, de bleu vers gris, de gris vers roux, de roux vers rose, de rose...Ombres irisées aux teintes indescriptibles...

    L'air du soir est parfumé de senteurs florales, de l'odeur de terre, humide de la chaleur du jour passé. Les sens en éveil, Loreleï flâne au gré des pensées...

    Elle n'est pas triste Loreleï...Elle n'est pas seule, sur le chemin... Son Ombre se profile à ses côtés, ou devant elle, ou encore, en retrait, éthérée compagne qui jamais ne l'abandonne.

    Et parfois, quelque chose passe entre elles, un accord, une harmonie. "Allons par là, Amie..."...

    Et sans prononcer un mot, leurs pas se suivent encore.

     

    Loreleï avance, à pas de velours, à pas invisibles, à pas silencieux...Ses petits pieds semblent à peine effleurer le sol, elle est la légèreté, elle est l'envol, elle est la grâce insaisissable.

    Elle tourne là, à la clairière, frôle les troncs, et les branches se tendent comme pour la caresser, osant à peine l'effleurer, mille mains ouvertes pour se saisir de la beauté...

    Et l'Ombre est là...cajolante compagne qui s'enfuit à sa suite.

     

    Sélène grandit, sa victoire est totale, elle a ravit les cieux à l'arrogant soleil.

    Pleine, rousse, douce et ronde, elle baigne ses courbes à l'eau du ruisseau, où l'admirent en secret les deux sœurs Légèreté.

    Loreleï, aérienne, telle un souffle, pénètre au cœur de l'eau, et l'onde s'agite à peine. Nature indomptée, Nature apaisée.

    L'Ombre, indépendante comme elle le décide parfois, n'a pas envie d'un bain, et s'étire alors, s'étiole, jusqu'au tronc le plus proche.

    Plus qu'une mince arabesque la relie à sa sœur. Elle se laisse aller à l'arbre, et se mêle à l'écorce, se nourrissant ainsi d'un peu de son essence.

    A l'Eau, s'endort Loreleï...Au Saule, Ombre se fond.

    ***

    Le matin vient me tirer du pays d'Onirie.

    De la main, j'effleure mes yeux, pas même étonnée d'y sentir quelques larmes.

    Le cœur pourtant léger, je me lève. Peut-être le fluide lacrymal refleurira-t'il la terre endormie?

    Le soleil hivernal darde ses rayons glacés sur la fenêtre, contraste frappant d'avec la chaleur de mes songes.

    La journée s'annonce calme, propice à s'y replonger.

    Chaudement vêtue, je me décide à sortir, prise de l'envie de déambuler par les rues.

    La ville est encore endormie, seuls quelques solitaires croisent mon chemin, les uns les autres entiers à nos pensées.

    Le sol pavé est parsemé de flaques ; il aura plu cette nuit...

    Dans l'une d'elle, j'aperçois le reflet d'un arc-en-ciel qui déjà, s'évapore.

    Voilà que de nouveau, je me sens transportée...

    ***

    A l'Aube... Sur l'Arc-en-ciel.

    Là, en haut du spectre aux sept couleurs, Ange s'assoit.

    Sourire aux lèvres, les jambes pendantes, il prépare son filet pour la pêche matinale.

    De quoi sera son déjeuner aujourd'hui?

    D'un papillon aux ailes laiteuses? D'un poisson argenté à la fraîcheur exquise? D'une brise d'été au doux parfum fleuri?

    Peu importe, après tout...Ce qu'offre Onirie toujours aura le goût le plus exquis...

    Ange lance son filet au loin, et Ange rit.

    Sa voix s'envole parmi les nuages, belle et grave, douce et fluide, portée vers d'autres cieux par le souffle du vent.

    Rêveur, sur l'Arc-en-ciel, il attend.

    Rien n'est jamais pressé pour qui a le temps comme allié...

    Attachant l'anse du filet à sa cheville, Ange s'allonge sur le lit azuré.

    Entre ses mains, il tient une lyre et joue. Ses longs doigts effilés caressent les cordes fines.

     

    Le temps file et le filet semble toujours aussi léger...

    Ange laisse aller sa voix, accrochée aux nuages, la mélopée s'enfuit.

    En bas, dans l'herbe, des pensées naissent...

    Il est le sage, il est le temps. Il est la joie, son messager.

    Du doigt, il esquisse des traits, ceux d'un visage, ceux d'une amie.

    Admiratif, il perd son regard parmi les doux sillons qu'il a tracé, les voyant peu à peu se détacher, s'effacer au gré du vent.

    Les notes chantées s'attardent encore autour de lui, ode à la félicité, à la sérénité.

     

    Ange, messager du rêve. Il imagine et crée.

    Tous les jours, comme d'une boule d'argile, il façonne la réalité.

    Tous les jours, il donne vie à nos songes, nos pensées, nos espoirs...

    Pourtant, Ange, lui aussi, a un rêve.

    Des images viennent enivrer son esprit, aériennes, éthérées, insaisissables...

    Toujours, elles lui échappent, et Ange désespère à la pensée que jamais elles ne prennent forme.

    Alors, au désespoir, Ange se transforme.

    Son visage, de douceur incarnée devient terreur informe.

    L'Arc-en-ciel se fond en mont Douleur, et la lumière s'enfuit...

    Sa voix, de langueur passionnée éclate en hurlement déchiré, dévasté, difforme... Elle croît, et croît encore.

    Mille cris viennent percer l'univers, les songes se désagrègent, les cauchemars font siège au fond de tout esprit.

    En bas, dans l'herbe, les pensées meurent...

    Au désespoir, il est la peur... Au désespoir, Ange se perd. 

     



    Lully. ©



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    LoupdesNeiges Profil de LoupdesNeiges
    Mardi 3 Février 2009 à 15:33
    Là aussi, ton texte est en lui-même un morceau achevé. J'y apprécie les images et les mots, comme ce lever de Lune, ou bien cette Ombre qui s'étire.

    Peut-être y-a-t-il plus, existe-t-il une suite à cet ensemble, mais ce passage de l'harmonie et de la paix à une souffrance née du manque d'un Ange est déjà une histoire en elle-même, comme une explication de l'étrange va et vient de l'Inspiration, qui est là souriante, puis qui disparaît pour laisser place à la peur et au désespoir.

    Peut-être ton Ange aspire-t-il à un monde qui lui est interdit ?

    Je ne sais pas si je dois te guider sur mon propre blog, car c'est peut-être mieux de découvrir les choses par soi-même.
    Mais la manière dont tu décris l'atmosphère d'Onirie me replace tellement dans une de mes nouvelles que j'éprouve le besoin de te placer des signes de piste...

    Est-ce que cela se fait de faire sa propre publicité chez les autres ?
    Tant pis, en général je ne respecte les conventions que de manière conventionnelle.

    J'ai donc mis en ligne une histoire que comme toi j'avais commencé (encore que je n'avais pas d'idée précise de départ) sans la finir. Je voulais m'y permettre une liberté de style totale et une fluidité absolue dans les phrases.
    Cela donna un texte que je juge assez étrange par sa manière de décrire les choses.

    Et bien que content du résultat, force était de constater que mon histoire se dilapidait soudain dans un grand vide que j'étais incapable de remplir.
    J'ai donc laissé ce récit dormir, jusqu'à ce que, bien des années après, il me vienne une idée.
    Je me suis joyeusement remis à l'ouvrage, et en peu de temps, la nouvelle était achevée.
    A la relecture, j'ai été frappé de voir comment ce que j'avais ajouté se mariait sans difficulté avec ce que j'avais écris bien plus jeune.
    La difficulté résidait surtout dans cette manière d'écrire qu'il me semblait impossible de retrouver.

    Je me suis alors persuadé que ce texte, si j'avais su mieux prendre en considération la Muse, aurait pu être écrit beaucoup plus tôt. Comme si tout était là, mais qu'il fallait pouvoir l'entendre sereinement pour le porter sur le papier. A contrario, cela signifiait que je suis resté sourd pendant fort longtemps.

    Bon, je cesse de parler de moi, mais je t'invite dans tes commentaires à ne pas hésiter à faire de même, car c'est en confrontant les impressions qu'on peut mieux comprendre des choses aussi éthérées.
    Et encore bravo pour ce texte!

    Anticonventionnellement vôtre, le Loup bavard.

    2
    Mardi 3 Février 2009 à 17:01
    Je crois que le voilà, mon souci, dans le cas de ce texte ci : je ne suis pas prête encore, pour cette histoire "à l'entendre sereinement pour le porter sur le papier", car mon idée de départ était bien trop précise, et destinée à être une métaphore filée d'une histoire personnelle douloureuse. C'est pourquoi blocage il y eut, finalement, à mon humble avis, et puis, de plus, c'est comme si j'avais fini par perdre aussi la ligne directrice que je voyais pour cette histoire métaphorique. Mais, peut-être un jour, en ferai-je quelque chose de totalement différent, qui sait?!

    Mais quel est donc ce texte, le tien, dont tu parles? Cela m'interpelle et me donne envie d'aller le découvrir plus avant! Je suis toutefois bien contente de savoir que tu as pu, même des années plus tard, le terminer. C'est toujours tellement frustrant de laisser inachevés ces bribes de récits!

    En tous cas, ne cesse pas de venir partager tes réflexions avec moi, même, et peut-être surtout, lorsqu'elles concernent tes propres écrits, car je ne vois guère cela comme publicité de ta part, mais bien comme un échange, courtois, passionné, et fort intéressant entre les deux têtes pensantes et parfois inspirées que nous sommes! :)

    3
    Samedi 2 Juillet 2011 à 12:35

    oua moi j'ai se prenom la! et j'adore ce que tu as ecrie!

    4
    Lundi 4 Juillet 2011 à 20:48

    Bienvenue à toi en ces modestes lieux, Loreleï! Quel magnifique prénom tu as, tes parents ont été joliment inspirés :)

    Merci de ton intervention, je suis heureuse que ces quelques mots t'aient plu! 

    A bientôt!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :