• Vénusté.


    Aujourd'hui, pour la première fois, le mot que j'adopte sera « Vénusté ».



    - Une petite phrase improvisée :


    « Et en cette heure matinale, alors que l'aube commence à poindre et que j'entends quelques mouettes chantonner par delà ma fenêtre entrouverte sur le monde, je me laisse enfin choir et bercer au gré de la vénusté d'un songe éveillé. »




    • Littéraire :

    A.

    1. a) [À propos d'une femme] Beauté comparable à celle de Vénus, pleine d'attraits sensuels, de séduction ineffable.

    « Ton corps doux et bénin A tout (...) De si grassement féminin, De si voluptueux (...) Depuis les jambes (...) Jusqu'aux jolis tétins d'infante, (...) Jusqu'à ta gorge triomphante Dans sa gracile vénusté » (Verlaine, 1889).

    Personne d'une beauté charmeuse.

    « La beauté se contemple (...); faute de ce rayonnement, elle nous méduse sans nous « plaire ». Le charme est la ceinture de Vénus qui fait de la beauté une vénusté, le talisman qui la rend séduisante » (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957).

    b) Beauté empreinte de grâce.

    « Ce pur dandy [Tennyson] pourtant atteint de quelque lenteur à effleurer le ciel suprême, pour volontairement s'être apaisé d'une élémentaire vue poétique, et du cygne assimilé non la seule blancheur et vénusté, mais le bas vol même » (Valéry, Corresp. [avec G. Fourment], 1892).

    « Cette enfance qui est vénusté, et joie, et appétit de la découverte » (Giono, Poids du ciel, 1938).

    2. [À propos d'un artiste ou d'une œuvre] Qualité de celui qui s'exprime de manière séduisante ou de ce qui plaît par une moelleuse douceur, par une agréable fraîcheur d'expression.

    « Je n'ai pas à voir s'il [Prud'hon] n'abuse point quelquefois par trop de mollesse et de rondeur: mais il a au degré suprême la grâce suave et la vénusté » (Sainte-Beuve, 1854).

    « À ces airs de ballets improvisés, il [Mozart] attache peu d'importance: de là vient justement leur fraîcheur et leur vénusté » (Ghéon, Prom. Mozart, 1932).

    3. [À propos d'une chose concrète.] Qualité de ce qui produit une impression délicate sur les sens.

    « Venise (...) vous périssez à votre insu; moi, je sais mes ruines; votre ciel voluptueux, la vénusté des flots qui vous lavent, me trouvent aussi sensible que je le fus jamais » (Chateaubriand., Mémoires, 1848).

    « Les vins de Touraine épousent l'image du climat et du sol qui s'harmonisent parfaitement. On retrouve (...) douceur et légèreté, bouquets de fleurs et de fruits, souplesse et élégance, grâce, vénusté » (Rustica hebdo, 14-20 oct. 1981).

    4. Au figuré. [À propos d'une chose abstraite.] Qualité de ce qui enchante l'esprit. I

    « Il aurait voulu contempler sa propre pensée sous l'aspect d'une nymphe aux belles hanches. Elle lui apparaissait en sa forme véritable, qui était grêle et sans vénusté » (A. France, Mannequin, 1897).

    « Des rêves (...) où les espoirs ont perdu (...) leur vénusté adolescente » (Genevoix, Boîte à pêche, 1926).

    B. − Rare. Synonyme de éroticité (érotique), sensualité, volupté.

    « Qui peut se vanter d'être chaste en ce monde où tout nous donne l'exemple (...) de l'amour, où tout (...) nous conseille les voluptueux embrassements? (...) il s'en faut que les divers hymens des quadrupèdes (...) égalent en vénusté les noces des arbres » (A. France, Île ping., 1908).



    • Étymologie et Histoire :

    •  1481 (Reg. du Puy de l'Ecole de Rhetorique de Tournai, 15e Congrégation, p. 179)

    • XVIème siècle, V. Hugo.

    • rare avant le milieu du XIXème siècle

    • Emprunté au latin venustus « plein de charme; gracieux », dérivé de vénus.





    C'est tout pour aujourd'hui ! (=^__^=)







    Lully.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    LoupdesNeiges Profil de LoupdesNeiges
    Mercredi 25 Mars 2009 à 22:26
    Pardonne mon long silence, mais si l'idée de cette rubrique m'amuse, ce mot que je ne connaissais pas me paraît si étrange que j'en suis resté muet jusqu'ici...

    Il faut dire que quand on n'a pas l'habitude d'employer un mot, il est vierge de toute connotation, de tout souvenir... Donc je coince devant ma feuille blanche !
    Cela m'aura permis de le découvrir, mais... à quand un nouveau mot ? Le Loup est curieux de savoir l'effet que cela a peut avoir sur sa propre inspiration (qui est toujours en panne sèche en ce moment).
    2
    Jeudi 26 Mars 2009 à 06:28
    ça, c'est fort :)
    Je découvre ton petit message seulement maintenant, alors qu'au moment où tu l'as écrit, je devais être en pleine rédaction du nouvel article de cette rubrique, contenant le nouveau mot adopté, et posté à 23h08! Hihi :) Mine de rien, nos esprits ont peut-être été connectés et c'est ce qui m'aura poussé à faire ma nouvelle adoption pile à ce moment là?!
    Je suis étonnée que tu ne connaisses pas ce mot, il est vrai qu'il est peu utilisé de nos jours, mais pour une fine plume comme la tienne, je suis surprise. Je sais que tu as du vocabulaire :)
    En tous cas je suis contente que cette petite rubrique te plaise, et si elle peut de nouveau éveiller ton inspiration, je n'en serai qu'encore plus satisfaite!
    La mienne aussi est au point mort.

    A bientôt Ami Loup :)
    Contente de te revoir par ici!
    3
    LoupdesNeiges Profil de LoupdesNeiges
    Vendredi 27 Mars 2009 à 22:41
    Allons-nous parvenir à établir une "science" de l'inspiration à travers ces parallélismes de comportement  ? ;)

    Et bien tu vois que ma plume a quelques trous (que ta rubrique va me permettre de remplir ?).
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :